5ème Ordre - Chevalier de l\'Aigle Blanc et Noir, Inspecteur du Rite - 8ème Grade

Rituel du Kadosh d'Hérédom

RITUEL DE KADOSCH

 

PARFAIT INITIÉ

 

GRADE PHILOSOPHIQUE, 5e ET DERNIER DEGRÉ DU DITE

FRANÇAIS

 

DIT AUSSI

 

GRAND ÉLU, CHEVALIER DE L'AIGLE BLANC ET NOIR

REMPLAÇANT LE 30' DEGRÉ TEMPLIER DIT RITE ÉCOSSAIS

PAR

J.‑M‑ RAGON

Ancien Vénérable, Fondateur des trois Ateliers des Trinosophes à Paris,

Auteur du Cours interprétatif des Initiations, etc.

 

 

 

 

RITUEL

 

 

DU GRAND ÉLU

 

CHEVALIER TEMPLIER D'HÉRÉD0N, KADOSCH DE SAINT‑JEAN DE JERUSALEM,

DU SAINT‑SEPULCRE , DE LA PALESTINE, DE MALTE, DE RHODES, ETC., CHEVALIER DE L'AIGLE NOIR, GRAND INSPECTEUR DES LOGES, DIT TEMPLIER

KADOSCH ANGLAIS OU D’YORK.

 

 

 

 

 

 

 

Non nobis, Domini,  sed nomini  tuo da Gloriam

                                                                                                                                           

 Vous aurez opéré ces merveilles, Seigneur,

                                                                                                                                                 

 non pas à cause de nous,

 

mais à la gloire de Votre Nom

                                                                                                                                                  

 

 

  

TUILEUR.

 

 

  

TITRES : La loge se nomme souverain campement ou le camp souverain.

Le président se nomme F.°. éminent commandeur

Les surv.°. : Chev.°. 1er      chev.‑. 2è  capit.

Les autres officiers et frères, chevaliers.

CORDON : Noir, orné d’une étoile d'argent à sept pointes, qui tombe sur le sein gauche ; au milieu de l'étoile est une croix rouge.

TABLIER Blanc, bordé de noir, décoré d'une tête de mort et de deux os eu sautoir.

Bijou : Une plaque en étoile à sept pointes en argent parécailles, bordé (le cannelille. iu milieu sont deux cercles circoncentriques  entre lesquels on lit ‑ LXXXI. Ro. HRDM. KDSH. KTP. HP. R., et au centre est une croix blanche.

HABILLEMENT : Les chevaliers sont en noir, bottés et éperonnés, portant l'épée à poignée noire, attenante à une ceinture noire.

ATTRIBUT : Un aigle noir à deux tètes, ayant les ailes déployées et tenant dans ses serres un poignard ou une épée nue.

JEUNES : Le royal et souverain campement s'assemble quatre fois par an : les troisièmes dimanches de mars, juin, septembre et décembre. Il y a, en outre, deux autres tenues d'obligation, celle du 11 mars, pour le service des chevaliers décédés, et celle du Jeudi saint, pour la Cène.

ËRES ET DATES : L'année commence au 1er  mars. L'ère templière date de la fondation de l'ordre, ou de sa destruction, ou de la nativité du Christ. Ainsi, le 21 décembre de l'an de la lumière 5813 répond à l'an du Seigneur 1813, à l'an de la fondation 695 et de la destruction 499. Le 1er  mars 1814 est l'an de la lumière 5814, ou de la fondation de l'ordre 696, ou de sa destruction et de la mort du Grand‑Maître 500.

ABRÉVIATIONS : AL (anno lucis), AD (anno Domini), AO (anno ordinis), AC (anno coedis, l'an du meurtre de J. Molai, 11 mars 1314.

APPLICATION : on est en 1814, l'ordre a été fondé en 1118, on veut connaitre l'àge de l’ordre; retranchez son chiffre de 1814, il resle 696. Si de 1814, on retranche 1314, année de sa destruction, il reste 500, nombre des années écoulées comme ci-dessus.

 

OUVERTURE DU SUBLIME CAMPEMENT.

 

 

Le Très éminent Commandeur.

D). Quel est, le. devoir d'un chevalier Templier ?

 

Le Chevalier deuxième capitaine.

R) C’est de s’assurer, que le camp est convenablement couvert tant en dedans qu'au dehors.

 

D. Qui cela regarde-t-il ?

R. Le deuxième capitaine ou son vicaire (député).

 

D.Puisque cela est ainsi, faites donc votre devoir ou faites-le faire par votre vicaire.

Le deuxième capitaine exécute cet ordre ou commande à soit député de l'exécuter. Les Chevaliers tirent alors leurs épées. Le devoir étant rempli, le député frappe sept coups, par 2+3+2, sur le bouclier qui est à la porte d'entrée du campement. Le deuxième capitaine en prévient le premier capitaine et celui-ci en rend compte au très-éminent Commandeur qui dit

 

D. Quel est le devoir du premier capitaine ?

Celui‑ci répond :

R. C'est de s'assurer si tous ceux qui sont présents dans le camp, sont Chevaliers du Temple.

Tous les Chevaliers font le signal pénal.

Le très éminent commandeur dit :

 

D. Déposons nos armes au pied du sépulcre et implorons la grâce et les bénédictions du Grand‑Capitaine de notre salut. »

Ceci exécuté, le pontife dit la prière (voir à la réception) puis le très éminent Commandeur dit

 

D. Quelle est la place du capitaine ?

Celui‑ci répond :

R. au nord ouest.

 

D.. Quel est son devoir ?

R. C'est de recevoir les ordres du Très éminent commandeur et du Chevalier premier capitaine, et de voir s’ils sont fidèlement obéis  sur la colonne du sud.

 

D. Chevalier deuxième capitaine, reprenez vos armes et votre devoir

Le deuxième écuyer tuileur, porte l'épée au deuxième capitaine qui salue le très‑éminent Commandeur, le chevalier pr et toits les chevaliers.

 

D. Quelle est la place du premier capitaine

Celui‑ci répond :

R. Au sud‑ouest

 

D. Quel est son devoir ?

 

R. De recevoir les ordres du très éminent Commandeur, et de les transmettre au deuxième capitaine et de voir s’ils sont régulièrement obervés sur la colonne du nord.

 

D.. Chevalier premier capitaine, reprenez vos armes et votre devoir. (Ce qui s'exécute comme, ci-dessus)

 

L'éminent Commandeur demande :

D. Quelle est la place du très éminent Commandeur ?

 

Le premier capitaine répond :

R. A l'est.

 

D. Quel est le devoir du très éminent commandeur à l’est ?

 

Le deuxième capitaine répond :

R. C'est d'ouvrir les travaux du camp, à la manière de Salomon, de les régler quand ils sont ouverts et de les fermer quand il le faut.

 

Le premier écuyer tuileur apporte au très-éminent commandeur son épée, et celui-ci en salue le premier et le deuxième capitaine, ainsi que tous les Chevaliers.

 Le premier et le deuxième capitaine appellent ensuite tous les Chevaliers à reprendre leurs armes et leur devoir.

 Les Chevaliers saluent le très‑éminent Commandeur, le premier et le deuxième capitaine.

 

Alors le très‑éminent Commandeur dit «  Approchez les étandards. »

 

Les deux chefs porte-étendards vont se placer à ses côtés, et il ajoute

 

Je déclare, au nom des trois Grands‑Officiers de la foi chretienne,

Jésus‑Christ, notre Prêtre,

Jésus‑Christ, notre Prophète,

Jésus‑Christ, notre Roi.

 

Les Chevaliers saluent chacun de ces noms avec l’épée et le bouclier.

 

Le Très éminent Commandeur :

Je déclare dûment ouvert ce grand et royal camp des CHEVALIERS DE L’ORDRE DU TEMPLE ET DU SAINT‑SÉPULCRE.

 

Après cette formule, les Chevaliers prennent leurs places, on lit la minute des travaux du campement précédent et l'on passe à l'ordre du jour des travaux du campement du soir.

 

 

RÉCEPTION D’UN CHEVALIER TEMPLIER.

 

L'Aspirant est conduit dans une chambre de réflexions.

 

Après l'ouverture des travaux du camp, la lecture et la sanction de la minute des travaux du camp précédent, le très‑éminent commandeur ordonne au Chevalier introducteur d'aller préparer l’aspirant.

Il va lui demander s'il a rempli ses obligations envers les Loges et chapitres auxquels il appartient, ce que l'aspirant doit prouver par des certificats des Vénérables ou Athirsatha de ces Loges et chapitres.

Il l'exhorte à avoir du courage et de la fermeté, et le fait sur un ton qui puisse inspirer de la frayeur. Puis il vient rendre compte au très‑éminent Commandeur (que, pour abréger, nous appellerons le Président) des dispositions des candidats.

 

Il est renvoyé de nouveau auprès de lui, il le déshabille, lui bande les yeux et le conduit à l'entrée du camp, où il frappe sept coups, par 2+3+2, sur le bouclier qui est suspendu à la porte.

 

Le deuxième capitaine demande ‑ Qui frappe ainsi ?

 

R. C'est un  Maçon –Royal ‑ Arche, un Chevalier fervent qui demande à être admis parmi les Chevaliers du Temple et du Saint Sépulcre.

 

D. Illustres Chevaliers, pouvons-nous admettre parmi nous ce franc (libre) maçon , sans craindre d'indiscrétion de sa part ? sommes‑nous prêts à répondre chacun sur sa tête et sa vie qu'il ne dévoilera jamais les secrets qui vont lui ètre confiés; promettons-nous de le sacrifier aux moindres apparences de son indiscrétion ?

Tous répondent : Nous le jurons!

 

D. Faites‑le entrer. –

Le deuxième capitaine ouvre la porte, le candidat est introduit et placé entre les commandants (les colonnes.

Après quelques minutes de silence, le président dit

 

D. Que demandez vous ?

R. A être reçu Chevalier Templier.

 

D. Qui vous a porté à vous présenter devant nous pour cela ?

R. Le désir de faire de nouveaux progrès dans la vertu.

 

D. Consentez‑vous à immoler toute affection indigne d'un homme vertueux et honnête

R. J'y consens.

 

D. Consentez ‑vous à offrir et à vous dévouer, sans réserve, il la réparation due, pour vos offenses envers le Sublime Architecte de l'Univers ?

R. J'y consens.

 

D. Sa clémence est trop grande pour ne pas faire grâce à votre résignation.

Il frappe un coup du plat de son épée sur son bouclier et dit

« Emmenez le candidat et préparez‑le aux épreuves. »

 

Le Chevalier introduit ramène dans le parvis le récipiendaire, lui débande les yeux, l'habille en pèlerin et le représente à la porte du camp où il frappe les sept coups.

 

Le deuxième capitaine :

 

D. Qui est là

R. C'est le Chevalier..., Royal Arche, maçon passé en tous grades, qui demande la faveur d’être admis au nombre des Chevaliers du Temple et du Saint‑Sépulcre.

 

Le deuxième capitaine fait l'annonce ait premier capitaine, qui la transmet au président, qui dit :

D. Chevalier premier capitaine, Joignez vous au Chevalier deuxième capitaine pour lui demander le mot.

 

Ils vont demander à l’Aspirant le mot de passe..

R. JEHOVA (mot 4 Sacré du Royal ‑ Arche).

Ils rentrent et annoncent que le récipiendaire a satisfait à la demande.

 

D. Faites‑le entrer.

On l'introduit par les sept pas du Royal Arche.

 

D. Chevalier, ne serait‑ce pas un esprit de curiosité qui vous porterait à pénétrer plus avant dans nos mystères ?

R. Non, trois motifs puissants m'y ont engagé . le premier est le désir d'adorer Dieu de la manière la plus digne de lui; le deuxième, de faire éclater ma soumission, et le troisième, de suivre les préceptes du grand roi Salomon.

 

 

D. Etes vous décidé  à suivre ponctuellement vos engagements ?

R. oui, je le suis.

 

D. Faites voyager le candidat.

 

Le Chevalier introducteur lui fait faire trois tours du camp, en donnant, à chaque tour, le nom de Royal Arche au deuxième capitaine, au premier capitaine, puis au président, on lui offre du pain et de l'eau, on le ramène entre les commandants des colonnes.

 

Le président dit au deuxième capitaine

D. Demandez au candidat s'il ne connaît aucun des mots et signes des Chevaliers Templiers ?

Le deuxième capitaine fait cette question au récipiendaire, qui répond ‑ NON.

D. Puisque vous ne pouvez donner aucun mot ni signe de notre ordre, il faut que vous voyagiez sept ans comme pèlerin ; pendant ce temps, nous éprouverons votre patience et votre humilité... Y êtes vous résolu ?

R. Oui, j'y suis résolu.

 

D. En faveur de vos bonnes dispositions, je réduis ces sept ans de voyages à trois années seulement, car j'en ai le pouvoir. Faites‑lui commencer soit pèlerinage.

 

Le, chevalier conducteur fait faire au récipiendaire trois tours du camp, donnant à chacun le premier mot de Chevalier Templier (GOLGOTHA), au deuxième Capitaine, au premier, puis au président, en s'inclinant chaque fois, et il est ramené entre les Comandants des colonnes.

Le président ordonne de faire prosterner le candidat, et le Pontife récite la prière suivante :

 

 

  

PRIÈRE.

 

« Dieu tout-puissant et éternel, qui nous a retirés des ténèbres des ombres de la, mort, pour nous rappeler à la lumière de ton saint Évangile, par l'entremise de notre divin Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, fais nous la grâce, par lui, d'être dignes de la haute vocation à laquelle nous sommes appelés.

Pénètre surtout de l'esprit de ta grâce tes serviteurs ici présents, afin qu'ils puissent garder et exécuter fidèlement les vœux qu'ils vont prononcer en ton Saint Nom, par Notre Seigneur JESUS CHRIST, à qui, comme à Toi et au SAINT-ESPRIT, gloire soit éternellement rendue ! » Ainsi soit‑i !

 

D. Chevalier premier et deuxième capitaine, conduisez, le néophyte à l'hôtel pour y prêter son obligation.

 

On l'y fait avancer par les sept pas mystérieux, il s'agenouille, le président frappe un coup de son épée sur le bouclier et dit :

« Illustres Chevaliers, le néophyte va prêter son obligation. »

 

Les chevaliers mettent l'épée à la main, s'avancent et entourent le néophyte qui prononce son obligation.

 

PREMIERE OBLIGATION.

 

Au nom de la bienheureuse, glorieuse et sainte Trinité du Père, dit Fils et du Saint‑Esprit, moi..:, de ma propre volonté et libre consentement, en présence de tout ce camp du sublime et très‑illustre ordre royal religieux et militaire des Chevaliers Kadosch d'Hérédon, Grands Elus, Chevaliers Templiers de Saint‑Jean de Jérusalem, du Saint Sépulcre, de la Palestine, de Malte, de Rhodes, Chevalmier de l’Aigle Noir, Grand Inspecteur des Loges, je promets et jure de la manière la plus solennelle de garder, maintenir toujours et de ne jamais révéler, par discours ou par écrit, ni d'aucune manière quelconque, aucun secret des Chevaliers dudit ordre, ou les secrets y ayant rapport, les concernant ou leur appartenant, à quelque personne que ce puisse être, à moins qu'après l'avoir bien examinée, je ne l'aie reconnue pour être Chevalier dudit ordre, ou bien dans le sein d'un camp desdits Chevaliers, formellement, légalement et régulièrement assemblé et campé.

Je promets et je jure en outre de maintenir et de défendre de tout mon pouvoir la Sainte Foi chrétienne contre tous ses ennemis ou oppresseurs, quels qu'ils puissent être, de ne jamais verser le sang d'un Chevalier de cet ordre, ni souffrir qu'il soit répandu pour une cause quelconque, excepté dans les guerres des rois, princes ou Etats souverains, ou bien pour la défense de ma personne, de mon honneur, celle de mes propres parents, de mes amis intimes, des opprimés ou de mes propriétés ; mais bien de soutenir, de défendre, de tout mon pouvoir, la cause de tout Chevalier de cet ordre, que j'aurai reconnu être juste; dans ce cas, de protéger et de défendre sa vie, au péril de la mienne propre.

Je jure de ne jamais causer aucun tort, faire aucune injure, ni violence volontaire, à un Chevalier de cet ordre, ni en sa personne, ni en celle de ses propres parents ou de ses amis intimes, mais, au contraire, de les protéger et défendre de tout mon pouvoir contre toute injustice, tort ou violence, surtout ses parents féminins, soit femme, veuve ou vierges et ses enfants orphelins.

Tout quoi je jure et promets solennellement d'observer et d'accomplir fidèlement, avec résolution et fermeté, à l'aide de Dieu, me soumettant, en cas d'infraction, à avoir le crâne scié avec une scie brute, et exposé sur un pinacle à l'ardeur du soleil pour servir d'exemple à tous les Chevaliers sans foi.

Pour ce, que Dieu et son Saint Évangile me soit en aide. Ainsi soit‑il !

 

  

On fait relever le récipiendaire.

 

Le pontife lit les versets suivants de saint Paul aux Éphésiens, chap. 6 :

 

Verset 10. Au reste, frères, fortifiez‑vous dans le Seigneur et en sa vertu toute puissante.

 

Verset 11. Revétez‑vous de toutes les armes de Dieu, pour pouvoir vous défendre des artifices du diable.

 

Verset 12. Car nous avons à combattre, non contre des hommes de chair et de sang, mais contre les principautés et les puissances, contre les princes des ténèbres de ces siècles, contre les esprits de malice répandus dans l'air.

 

Verset 13. C'est pourquoi prenez toutes les armes de Dieu, afin que vous puissiez résister aux jours mauvais, et qu'ayant tout surmonté, vous demeuriez fermes dans vos devoirs.

 

Verset 14. Soyez donc fermes ; que la vérité soit la ceinture de vos reins, et la justice votre cuirasse.

 

Verset 15. Ayez une chaussure qui vous dispose à marcher dans la voix de l'Évangile de paix.

 

   Verset 16. Couvrez vous entièrement du bouclier de la foi avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin esprit.

 

Verste 17. Prenez encore le casque du salut et l'épée spirituelle, qui est la parole de Dieu.

 Ainsi soit‑il !

 

 

D. Conduisez le néophyte ut vestiaire pour qu'il aille s'habiller.

 

Dès qu'il est habillé, on l'introduit de nouveau. Le chevalier deuxième capitaine l'annonce, le président ordonne qu'on le conduise à l'autel et dit :

« Chevalier, jusqu'ici vous avez témoigné beaucoup de zèle en ce qui regarde l'art royal, j'espère que vous en ferez de même dans les nouveaux travaux que nous allons vous admettre à partager avec nous. »

Il le ceint d'une épée, en disant –

« Que cette épée dont je vous arme, vous soit à jamais le gage des sentiments distingués que nous professons, et songez que vous la portez pour la défense de l'homme et de la Chevalerie. il faut maintenant entreprendre sept ans de service militaire pour la défense du temple et du Saint Sépulcre et pour la protection de tous  les pèlerins, leurs femmes, veuves et orphelins, Recevez le mot de passe et le signe dont vous avez besoin pour cette entreprise.

 

Deuxième mot de passe : Emmanuel.

Signe : Croiser son fer avec celui de l'interrogateur.

 

Puis le président lui dit .

Par le pouvoir qui m'a été  confié, je réduis à trois ans la durée de votre service militaire.

 

Et, s'adressant au Chevalier introducteur, il ajoute:

Faites lui commencer son service.

 

  

Le chevalier introducteur conduit le néophyte au deuxième capitaine avec lequel il croise le fer et auquel il donne le mot ; il lui fait faire le tour du camp, le conduit au premier capitaine à qui il donne les mêmes signe et mot; il lui fait faire le troisième tour du camp et il donne les signes et mot au président, qui lui dit ;

 

« Ce n'est pas tout encore, avant de parvenir à être reconnu pour un Chevalier du Temple et du Saint‑Sépulcre, il faut vous préparer par une année de méditation et de patience et prendre de nouveaux engagements qui nous assurent de votre foi. »

 

Souverains premier et deuxième capitaine, et vous tous Illustre Chevaliers, accompagnez le néophyte à l'autel.

 

Le candidat est conduit à l'autel, il s'agenouille, un cierge dans une main et une tête de mort dans l'autre.

Les Chevaliers sont rangés autour de lui.

 

Le président frappe sur son bouclier, les Chevaliers se mettent à l'ordre l'épée à la main.

 

Le président dit au néophyte : Prononcez votre obligation.

 

 

DEUXIEME OBLIGATION

 

Si jamais je viole mon obligation solennelle de Chevalier du Temple et du Saint‑Sépulcre, puisse l'esprit qui l'habita jadis paraître et témoigner au jour du jugement contre moi. (En disant cela, il baise sept fois le crâne de la tête de mort.)

Si jamais je viole mon obligation, comme Chevalier du Temple et du Saint‑Sépulcre, puisse ma lumière s'éteindre d'entre les hommes, comme celle de Judas Iscariote, pour avoir trahi son Seigneur et soit Maître. (il souffle et éteint son cierge)

 

On le relève, le président dit :

D. Chevalier premier et deuxième capitaine, ramenez le néophyte entre vos colonnes ; et vous, Chevaliers, reprenez vos places.

Pontife, donnez nous lecture de l'épître de Saint Jacques, chapitre 1 du verset 2 à 29, inclusivement.

Le pontife lit. (Voir la Bible.)

 

Ensuite, le président dit:

Pontife, passez à l'Évangile selon saint Matthieu, chap. 27, du verset 1 à 35‑ Le pontife lit. (Voir la Bible.)

Lecture faite, le président dit –

Pontife, passez aux Actes des Apôtres, chap. 1, verset 15 à 26. ‑ Le pontife, lit. ( Voir la Bible.)

Cela fait, le président dit .

Pontife,, continuez la lecture par celle de l'épître de saint Paul aux Romains, chap. 12, verset 1 à 21. (Voir la Bible)

 Lecture faite, le pontife ajoute

« Rappelez‑vous que pour être Chevalier Templier, il faut avoir la douceur des agneaux et la patience des ermites, jointes au courage des héros et à la force dit lion. »

 

Le président :

Faites avancer le néophyte par les sept pas mystérieux.

 

 

L’introducteur exécute cet ordre.

 

Le président lui donne la prise du lutteur et les mots mulen, shalla, halla, qu'il va rendre aux premier et deuxième capitaine.

Le président fait la lecture de l'épître de saint Pierre, chap. 2 du verset 1 au verset 21. (Voir la Bible.)

 

Le président –

Chevalier premier et deuxième capitaine, accompagnez ce Chevalier à l'autel.

 

Là, on lui offre une coupe de vin (non cuit), qu'il boit en portant les santés d'obligation.

 

D. Chevalier deuxième capitaine, présentez lui la pierre cubique à signer de soit sang; Chevalier premier capitaine, présente ‑lui la pierre blanche à signer de même.

 

Pendant que ces officiers s'acquittent de leur mission , le Pontife lit :

1°) L'Apocalypse de saint Jean, chap. 2, verset 17 et du 26 au 28 ; chap. 2, verset 16.

2°) Évangile selon saint Jean , chap. 19, verset 19 et du 24 au 28. ‑ (Voir la Bible.)

 

Après cette lecture, le président fait mettre ait néophytes le genou droit à terre, et frappe sur son bouclier; tous les Chevaliers se mettent à l’ordre.

 

Le président fait le signe pénal, et dit :

« En Vertu du pouvoir qui m'a été transmis et que j'ai acquis par ma discrétion, mes pénibles travaux et mon zèle, ma ferveur et ma constance, je

VOUS REÇOIS GRAND ÉLU, CHEVALIER TEMPLIER, KADOSCH D'HEREDOM, DE SAINT‑JEAN DE JERUSALEM, DU SAINT SEPULCRE, DE MALTE, DE LA PALESTINE,

 

Souvenez‑vous toujours de la dignité de votre état et d'en remplir les saints devoirs. »

 

Il donne de son épée deux petits coups sur l'épaule gauche du récipiendaire, trois sur sa tète et deux sur l'épaule droite; puis il le relève et lui dit :

« Vous voici parvenu au grade d'architecte le plus élevé, le comble de la maçonnerie ; recevez en les marques et les attributs, comme le gage le plus parfait de notre amitié, et de la distinction que vous avez acquise dans notre art. »

 (sur son ordre, le premier capitaine liai passe le cordon.)

« Que ce cordon, dont je vous revêts, symbole des saint nœuds qui vous lient, soit l'indice constant de la sagesse et de l'équité dont Vous devez étre environnée. »

 (Il lui donne la croix.)

« Que cette croix, enchâssée dans celle étoile dont je vous décore, signe respectable de notre religion, VOUS tienne toujours présentes, la perfection et l'immortalité auxquelles nous aspirons. »

(Il lui donne le tablier et les gants.)

« Que ce tablier, symbole particulier de la maçonnerie, vous renouvelle sans cesse l'idée d'une architecture sublime qui élève nos cœurs par les fondements inébranlables des plus précieuses vertus. »

« Que ces gants, symbole de la Chevalerie, préservent vos mains de toute souillure, et vous rappellent sans cesse que vous devez être partout le premier à donner l'exemple de la docilité, de la soumission et du respect aux lois. »

(Il lui remet la pierre.)

« Cette pierre doit Vous faire connaître à tous les camps ou vous vous présenterez, si vous avez le malheur de perdre votre bref de Chevalier Templier Kadosh. »

 

 (Le premier capitaine lui met. les éperons.)

 « Que ces éperons. symbole du cavalier, vous rappellent qu'il est nécessaire (le stimuler nos vertus pour les augmenter, et qu'on ne saurait trop presser sa marche pour faire le bien. »

Il lui donne l'épée et dit :

 « Chevalier, vous voici armé. C'est à vous maintenant de prononcer le vœu solennel , auquel vous attache désormais votre réception parmi nous. »

 

Le deuxième capitaine fait reculer le nouveau Chevalier par trois pas en arrière, lui fait tirer son épée qu'il présente la pointe élevée et la poignée à la hauteur de l'épaule gauche ; dans cette position, il répète le vœu suivant

 

VOEU

 

En présence du Sublime Architecte de l’Univers, je voue, pour toujours, mes armes et mes services à la défense et à la réédification de son temple ; ainsi puisse-t-il agréer mes travaux !

 

Il salue de son épée le président, le premier et le deuxième capitaine et tous les Chevaliers.

 

Le président.

 « Tel est le vœu que nous avons tous fait en entrant dans notre ordre auguste ; mais nos premiers ancêtres, ni leurs successeurs, auxquels nos mystères ont été transmis de siècle en n’ayant pu encore réussir il l'accompli.ssement de leur saint projet, nous y demeurons toujours obligés par nos engagements et jusqu’à ce qu'il plaise au Sublime Architecte de l'Univers d'en permettre l'exécution, nous nous y préparons par la fondation d'un temple moral, qui ne l'honore pas moins, et nous ren­dra, peut être un jour, dignes de consacrer l'autre ; de même que Salomon fut choisi, jadis, pour accomplir celle sainte, mis­sion, par préférence à David, son père, qui en avait conçu le dessein ; mais ce temple, qui devait è1re projeté par un roi Con­quérant, devait être construit par un Prince pacifique. »

 

Suivant le rite du souverain Grand conclave de..., sous lequel nous agissons, nous avons un signe principal appelé signe pénal. (il l'indique au néophyte.)

   

MOT SACRE : I.N.R.I. ; c'est celui que vous avez tracé sur la pierre blanche.

 

MOTS DE PASSE : 1ER  Jéhovah, 2ème   Golgotha , 3ème Emmanuel.

(Communiqués dans la réception.)

 

ATTOUCHEMENT : La prise du lutteur en disant : Malita, Shalla.

 

Le nouveau Chevalier est ensuite proclamé; puis on s'occupe des affaires de l'ordre.

 

 

 

 

FERMETURE

 

De même que l'ouverture ; puis on prête le serment du secret.

 

 

 



03/12/2011

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres